Confidences estudiantines (2017)


Si j’avais été plus jolie, si j’avais été plus audacieuse, je n’aurais jamais vécu ce que je vis depuis bientôt cinq ans, depuis que j’ai trouvé la clé, soigneusement enfouie, de la cachette des ouvrages dont on voulait m’empêcher la lecture.

Je me souviens des emballements de mon cœur, je me souviens des fourmillements à la racine de mes cheveux qui les faisaient se dresser, je me souviens des agitations de mes doigts, des soubresauts de mes pieds, je me souviens de la chaleur, de la moiteur entre mes cuisses. Je me souviens surtout que j’ai pris conscience de toutes ces sensations en lisant les mots qui m’expliquaient comment les attiser, comment les apaiser.

Je dévorai les uns après les autres, tous les ouvrages de cette bibliothèque secrète, en détournant le regard des images, parce qu’elles heurtaient ma pudeur. Je sais que c’est paradoxal, mais c’est ainsi. Les mots m’excitaient, mais leur représentation me révulsait.

J’ai rapidement compris la valeur de mon hymen intact, et bien que trouvant ça quelque peu stupide, je décidai de me « réserver » pour l’homme que je jugerai digne de me déflorer.

La curiosité m’a rapidement poussée à fréquenter certains lieux, certains clubs, certaines soirées et c’est ainsi que je suis devenue duelle. Dans la journée, sage étudiante timide, effacée, durant la nuit, maîtresse exigeante, sévère et inflexible.

Dès ma première soirée, j’ai été fascinée par la vue de ces corps abandonnés au plaisir, avec un goût particulier pour les sexes dressés, pour les sexes ouverts, béants, pour leurs mouvements quand ils s’imbriquent. Alors, j’ai repris mes lectures et me caresse désormais sur les images illustrant les récits.

sxzfohxgJe pense à tout ceci, parce que le regard que cet homme vient de poser sur moi, alors que nous attendons de pouvoir rentrer dans l’amphi, me donne l’impression d’avoir été trahie par mon ombre projetée sur le mur.

Le bout de ses doigts vient d’effleurer ma main, avant de caresser timidement sa bouche. Un sourire troublé… c’est décidé, ce sera lui !

Une idée qui prend forme au détour d’un dessin…

 

Publicités

Une réflexion sur “Confidences estudiantines (2017)

  1. Bien vue la petite oie blanche qui saute allégrement le pas. La médaille et son revers. Le Yin et le Yang de chacun(e).
    J’ai des écrits que j’aimerai Vous faire parvenir. Vôtre prose m’intéresse et donc Vôtre avis itou.
    De la prose écrite par un mec qui ne se situe pas du côté du manche… Plus « hard » (testostérone oblige?).
    Respectueusement.
    Olivier Blanc

    Aimé par 1 personne

J'aime bien lire les commentaires sur mes écrits...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s