Fantasmagorie érotique (2016)


Un matin après le mardi

Je ne sais pas quel jour nous sommes. Je ne sais pas dans quelle ville nous sommes. Ai-je rêvé tout ceci ou l’avons-nous réellement vécu ?

Je me réveille dans ce lit à la fois inconnu et pourtant intime… Avant d’ouvrir les yeux, je profite des baisers légers de Pablito sur mon corps, de la caresse du bout de ses doigts sur mon bras… sur ma cuisse…

Il me sourit, me parle doucement quand mon regard croise le sien. Je sens ses lèvres près de mes oreilles quand il me murmure

– Merci de tout ce que tu nous offres… en te donnant à nous, tu nous permets de nous ouvrir tout à fait… merci de transformer nos vies… d’être celle que tu es… princesse… fée… magicienne…gentille sorcière de l’amour…

Je te regarde, endormi à nos côtés… immobile comme un rocher… quand tu sembles paralysé par ton sommeil, c’est que tu es épuisé…

Était-ce un rêve ? Avons-nous partagé ce moment d’un érotisme si intense ?

Je tourne la tête vers Pablito, attrape sa main, la glisse entre mes cuisses… ses doigts entrent en moi…

– J’aime me transformer en marionnette, Pablito… veux-tu m’animer ?

– T’animer ? Comme ça, tu veux dire ?

– Mmmm… oui… !

La violence des sensations… la douceur de son regard, de son sourire quand sa main entre tout à fait… entièrement dans mon sexe pour la première fois… J’ondule, animée par ce plaisir serein et puissant…

– Vous aussi avez transformé ma vie..  j’étais une femme quelconque, mon Prince m’a rendue sexy… bandante… sensuellement impudique… et… outch… ! Continue comme ça… ! Il a su voir en toi… oooohhh… ! le sorcier qui me transformerait en…. en déesse de l’amour…

– Ooohh… ma jolie… ooohh… ma jolie… !

Je jouis autour de son poing… Les images vagues qui m’ont réveillée deviennent plus nettes… plus précises…

Milo Manara-www.kaifineart.com-70
Milo Manara

L’entrée de ce vieil immeuble… cette pièce comme une cabine de peep-show désaffectée… Je ne sais pas dans quelle ville nous sommes… depuis lundi, tu nous entraînes dans un road-trip sexuel… Nous nous offrons encore plus les uns aux autres… et c’est si bon… !

Cette espèce de podium au milieu de la cabine… cette rue inconnue… ces hommes de tous âges qui n’ont pour points communs que cette lueur excitée dans le regard et ce sourire bienveillant…

Tes mains maintenant mes genoux en hauteur… bien écartés… Pablito qui me baise comme on danse pour honorer une divinité… Ces hommes qui se branlent, le visage collé aux vitres… leurs gestes qui me fascinent… à la fois uniques et similaires…

Le podium qui tourne offrant à chacun la possibilité de me voir sous tous les angles…

Toi qui me demandes de me mettre à quatre pattes… leurs soupirs… leurs râles qui suivent le rythme de nos mouvements…

Leurs exclamations enthousiastes quand je suce Pablito et que tu me laboures… les boum boum contre les vitres qui répondent aux floc floc...

Mon corps qui tremble… secoué de spasmes… Plus fort vas-y plus fort ! Allez-y ! Montrez-leur comme vous me faites si bien jouir… !

Ces visages qui se rapprochent des vitres… ces injonctions auxquelles nous obéissons quand elles éveillent en nous un désir irrépressible…

Nous trois KO, couchés sur ce podium… nos corps ravagés d’avoir pris tant de plaisir et d’en avoir offert autant… la fierté que nous ressentons en regardant ces vitres maculées de sperme…

Lequel d’entre vous m’a inspiré ce rêve ?

– Regarde comme tu jouis, ma Reine ! Regarde !

Pablito retire son poing dégoulinant de mon plaisir… le regard ailleurs… la bouche sèche… je le supplie

– Encore… encore Pablito… ! J’aime… je veux être ta Reine… ! Fais de moi ta Reine… encore… encore !

Son sourire quand il recommence et que les images me reviennent… Je vois dans son regard que tu t’es réveillé avant même d’entendre ta voix…

– C’était si bon hier soir… vedettes du spectacle… tellement bon… ! Merci… !

Mon corps se colle au tien, le poing de Pablito toujours dans mon sexe, tu me sodomises en me disant à quel point tu m’aimes.

Quand je prends la queue de Pablito dans ma main, nous nous envolons vers le paradis dont nous sommes tout à la fois les dieux et les dévots…

Se passent quelques mois, la Fée décide de décorer le petit appartement pour fêter le premier anniversaire de leur rencontre

 

Publicités

J'aime bien lire les commentaires sur mes écrits...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s