Considérations matinales (2015)


Miguel Rodriguez Nuñez « Contraluz »

Quand je rêve, je rêve de nous et ces rêves sont toujours merveilleux… d’une tendre violence érotique.

Quand les rêves se sont évaporés, dissipés par la réalité tangible de la vie et que nous nous rencontrons, ils s’affadissent.

Jamais, jamais un rêve n’a été à la hauteur de ce que je vis quand je suis près de toi.

Jamais, jamais un rêve ne m’a permis d’imaginer, de percevoir la force, l’étendue de la gamme des sensations que nous partageons.

Tous nos sens sont décuplés. Il me semble même que nous en inventons de nouveaux, rien qu’à nous, rien que pour nous.

C’est pourquoi les mots me manquent souvent.

Goûts de luxe

Publicités

J'aime bien lire les commentaires sur mes écrits...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s