Dérushage (2015)


672785845– Tu veux découvrir en même temps que moi ce que ça donne, ou tu préfères attendre que je l’ai monté ?

Nous sommes allongés sur le lit, toi dans mon dos ; moi, contre ton ventre…

Tu sors la caméra et tu me demandes si je préfère regarder la vidéo sur l’écran de mon ordinateur ou sur celui de la télé.

Tu ris de me voir interdite, et finis par prendre la décision.

Nous sommes désormais allongés côte à côte, comme deux adolescents s’apprêtant à regarder leur premier film porno.

7031347 828120 6524857 giphy tumblr_mjif93yeET1qmsrqqo1_500J’aime beaucoup ta façon de nous filmer… elle te ressemble.

À la fois crue, d’un érotisme incroyablement violent tout en étant empreinte de respect et de tendresse.

– Ça te plaît ?

J’ai entendu ta question, mais je n’ai rien répondu.

Je regarde les images, nos images si intimes et je revis ces sensations que tu m’as fait découvrir il y a quelques heures…

– Oui… ça a l’air de te plaire !

Tu as glissé ta main dans ma « poche » et tu me caresses doucement.

tumblr_inline_mjmm2lFIpe1qz4rgpLa délicatesse de tes caresses contraste avec les images que je vois à l’écran.

Je suis sur un petit nuage.

Il y a une telle intimité entre nous que, paradoxalement, j’en oublie ta présence.

Je réalise tout ça quand je t’entends déboutonner ton pantalon.

J’aime ton soupir quand ma main se glisse sous le tissu et que le bout de mon index effleure ton gland.

Les yeux rivés sur l’écran, je te caresse, tu me caresses, je me caresse, tu te caresses, ensemble, dans tous les sens du terme…

gif-erotic-224635

– C’est super excitant ce que tu vois, quand tu me prends comme ça…

– Ce qui est super excitant, c’est que tu te donnes comme ça… ! Regarde comme tu t’offres à moi… !

Je comprends enfin pourquoi tu faisais des pauses.

Parfois, tu nous filmais, la caméra à la main.

Parfois, tu la posais à différents endroits, pour avoir une vue d’ensemble.

Je suis épatée que tu aies tout calculé, tout organisé à l’avance et que tu aies, d’instinct, su trouver les meilleurs angles.

Je te le dis.

À ton sourire et à ton regard, je réalise ce qui est pourtant une évidence.

L’image est certainement plus qu’un passe-temps pour toi.

Je ne sais pas si tu es photographe ou réalisateur, mais tu es un professionnel de l’image.

Tu lis dans mes yeux, avec une tendresse amusée, que j’ai enfin compris.

Tu sais que je ne chercherai jamais à prendre plus de ta vie privée que tu ne voudras m’en donner.

Tu sais aussi que j’en ai les moyens, mais je ne le veux pas.

Avant même notre premier rendez-vous, j’aurais pu tout savoir de toi, sur toi, mais je préfère te découvrir petit à petit, laisser le temps à notre relation d’assembler les pièces du puzzle…

– C’est étrange… la vidéo, c’est toi et moi, je la regarde comme telle, pourtant mon cerveau a du mal à l’accepter… un truc brechtien… tu sais… la distanciation…

– Ça te déplaît ?

– Non… ça me trouble… oh la la… ! Ce que c’est beau ! Tu me rends aussi belle dans tes images que dans le reflet de tes yeux…

– Tu aimes te voir ainsi ? À quatre pattes ? Les poignets dans ma main ? Cambrée ? Oh… regarde comme ma queue brille de ton plaisir… !

– Elle est encore plus belle… plus… nervurée… Oh… ! Ton gland ! Quand je le vois comme ça…

– Je parie que tu as envie de le sucer ! C’est ça ?

– Non… pire… !

– Pire ?

– J’ai envie de lui partout en moi… sur moi… !

Tu as réussi à filmer nos orgasmes avec un réalisme incroyable…

Mon corps vibre des sensations que nous partagions…

Le film est fini et je m’aperçois que tu as joui sans que je m’en rende compte. Je sens ton sperme sous mes doigts, sur le dos de ma main ce qui déclenche mon orgasme.

Un orgasme si violent qu’il me projette en avant.

Tu me caresses les cheveux, les joues et tu déposes de doux baisers sur mon visage.

– J’aimerais que tu trouves le titre de notre premier film, ma douce…

– Celui qui me vient immédiatement à l’esprit est trop évident… je ne crois pas qu’il te conviendra…

– Dis toujours…

– « Le Prince et sa soumise »

– Tu veux me faire plaisir ? Arrête de douter de toi !

À cette heure, nous aurons du thé si nous descendons…

Sans nous concerter, nous sortons de la chambre en gardant les vêtements dans lesquels nous venons de jouir.

La journée se poursuit comme ça…

Publicités

J'aime bien lire les commentaires sur mes écrits...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s