Au lieu de visiter la Grote Markt (2015)


 

Apollonia Saintclair

 

 
– Tu aimes ça, ma salope ! Dis-moi que tu aimes ça !

– Oui ! J’aime ça !

– Dis-moi ce que tu aimes… dis-le moi !

 

Le fait est que j’aime chacun des moments que nous passons ensemble.

J’ai tout aimé depuis notre premier rendez-vous, quand je ne connaissais ni ta voix, ni ton visage, ni même ton vrai nom.

Et que j’ai accepté ce rendez-vous.

Dans cet hôtel.

Nue, debout dans cette chambre.

Mes seins entre tes mains.

Toi, observant, par-dessus mon épaule, ma main me faire jouir.

La première fois où tu as joui sur moi.

Dans mon dos. Sans un mot.

Je pensais que le baroque de la situation avait été pour beaucoup dans mon plaisir.

Apollonia Saintclair

Mais je me trompais.

Je l’ai compris et accepté petit à petit.

Il y a bien longtemps que nous acceptons de vivre nos moments de jouissance pour ce qu’ils sont.

Avec toute l’intensité qu’ils nous procurent et leur absence de conséquence.

Mais je te connais assez pour savoir que maintenant, ce que tu veux, c’est entendre les modulations de ma voix au gré de tes mouvements. Et tu veux l’entendre dire des mots crus.

Quelle est cette magie entre nous, qui nous fait toujours désirer la même chose ? En harmonie ? À l’unisson ?

– J’aime quand tu me baises comme une salope 

– Je le savais ! Dis-le moi encore ! Supplie-moi de continuer ! 

Je te supplie.

Tu en veux plus de moi.

Tu me demandes si je préfère ça…

Il me semble que tu entres au plus profond de ma chatte.

Ou ça…

Je crois que tu y fais des mouvements circulaires.

Apollonia Saintclair

Je réfléchis à ma réponse, avant de me dire, pour la deuxième fois en quelques minutes, que ce que tu veux entendre, c’est le son de ma voix, et que je te dise des mots crus.

Tes caresses, tes mouvements modulent ma voix, qui en retour module tes caresses et tes mouvements.

– À quoi tu penses ? Dis-moi à quoi tu penses !

Je ne te vois pas, mais je sais à quoi tu ressembles exactement à ce moment précis.

Je connais ton regard fou de plaisir, ta bouche un peu crispée, de plus en plus crispée, tes ailes du nez frémissantes, vibrantes et cette veine sur ton front, qui commence à palpiter.

– J’aime quand tu me prends comme ça. Putain, je suis ta salope, tu es partout en moi et c’est trop bon… ! N’arrête pas… ! N’arrête pas ! Lime-moi encore comme ça ! Fourre-moi comme la pire des chiennes… !

Je sais qu’à ces mots, tu as regardé cette drôle de pierre de pacotille dans mon cul.

Que tu as réalisé à quel point cette double pénétration décuplait notre plaisir.

Je le sais, car je t’ai senti grossir encore un peu plus.

J’ai senti ce filet de salive, échappé de tes lèvres, couler sur mon omoplate.

J’ai senti comme soudain ta main a agrippé mon sein, pendant que l’autre me fouillait à la recherche de mon clitoris.

Mais, en même temps, j’ai senti au milieu de ces sensations, monter la vague et cette irrépressible envie… comme une envie de pisser, mais qui n’en est pas une.

Entre deux cris, je parviens à articuler.

Apollonia Saintclair

– Tu veux que je me donne à toi comme une vraie salope ? Comme aucune auparavant ?

– Oui ! Sois ma salope ! Donne-toi à moi, comme jamais…

– Tiens… profite… profite… alors… !

Et je laisse mon corps éjaculer sur tes doigts.

Tu es autant surpris que moi.

Et ces mots que nous crions à l’unisson, se sont échappés de nos bouches, évadés avec la complicité du plaisir absolu que nous venons de nous offrir.

Pas plus que tu ne me prends pour une salope, tu n’imagines que je suis ton amour.

Pourtant, pendant ce millième de fraction de seconde, ces mots, nos mots avaient vraiment tout leur sens.

Suite du séjour

En cliquant sur ce lien, vous arriverez sur le site d’Apollonia Saintclair qui sait tellement bien illustrer les fantasmes et le plaisir féminins
 
Publicités

J'aime bien lire les commentaires sur mes écrits...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s